.
 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 ROCKY INGRAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neven Philladel
stay high

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 02/05/2015

MessageSujet: ROCKY INGRAM   Sam 19 Aoû - 21:52


rocky ingram.
.

► âge. L'âge où tous les potes de sa promo sont devenus de riches diplômées et sont en quête de place dans les établissements les plus réputés, il est juste un déchet de la société, un oublié du système qui traîne ses pieds et tape du pied au rythme des chansons qu'il entend tous les jours à la radio. Vingt-quatre ans plus tôt il se voyait espion, aventurier, astronaute, à peine né y avait un espoir immense sur ses épaules qui s'est envolé le jour où il a prit tout ce qu'il avait dans un sac et s'est tiré sans même dire au revoir.
► job/étude. Il aurait du être un grand patron. Il aurait pu être riche et se baigner dans ses billets, se torcher avec et avoir toutes les filles qu'il voulait. Cheveux gominés, costard et mains sales. A la place il est resté trop longtemps chez le disquaire en bas de la rue, à gratter des vieux disques, à voir quel sort son sort si on modifie un peu ce titre, si on augmente les basses, si on fait péter le son. Ce qu'il se passe quand on joue avec les notes, quand on anime une soirée et qu'on fait danser des poupées. Non, Rocky il veut devenir DJ, il veut rapper, il veut créer, il veut faire de la musique, passer à la télé. Il rêve, il attends le jour où ça va arriver, la révélation, les étoiles, les tapis rouge, il rêve accoudé au Austins où il sert en soirée. Il fait la plonge en fredonnant de vieux airs oubliés, un nouveau rythme entre les lippes. Il sait que bientôt ce sera son tour.
► naissance. Il est né et a grandi à  New York,  au beau milieu des klaxons incessant et des taxis, une petit fourmi dans la fourmilière qui s'est égarée, l'ambition trop grande, il a débarqué à oro valley y a quatre ans de ça. Cette ville est la sienne, il la connaît comme sa poche, si bien qu'à force on a fini par croire qu'il était juste né ici, sans doute d'une union un peu douteuse pour qu'il soit résigné à taire quoique ce soit qui englobe son passé. Il a eu que ça à faire pendant des années, arpenter les rues et rendre service, tendre une main et se faire bouffer l'autre, le temps de penser à ce qu'il foutait ici, se donner le temps d'avoir envie de repartir, le fils de bourge, il cherchait à se rassurer, il pensait qu'être le petit rejeton 100% américain d'une grande entreprise lui conviendrait. Mais il est resté.
► statut. séparé, elle est partie quand il est allé en taule, elle a pas cherché à comprendre, ni à l'aider, à la soutenir, elle a juste haussé les épaules et ricané nerveusement avant de se tirer avec son avocat comme dans une mauvaise comédie.  il l'a encore en travers de la gorge depuis, il essaye de l'insulter devant son miroir, de parler d'elle comme d'une mauvaise fille mais tout ce qu'il arrive à faire c'est se culpabiliser encore plus d'avoir tout foiré.
► classe sociale. Fauché, les poches trouées, l'argent rentre mais il a à peine le temps de le toucher, les dettes embarquent tout, elles laissent que quelques billets pour bouffer quand il se sert pas directement dans les burger qui doivent être jeté quitte à froisser sa santé fragile. C'est le matos aussi pour la musique qui troue son budget, il a plus rien d'une gars en costard cravate depuis qu'il vit du style des années 90 que propose la friperie de la ville.
► orientation sexuelle. Il n'a testé que des nanas, beaucoup, un certains nombres en tout cas, il est pas du genre à tenir un carnet où tous noms sont barrés au fur et à mesure mais il est assez romantique pour garder les numéros et espérer un jour trouver le courage de rappeler. Rocky est plutôt lâche, il est pas sur qu'au final ce soit une idée de s'embarquer dans une relation sur le long terme sauf la personne peut supporter ses angoisses et rembourser sa vie gaspillée.

► groupe. stuck in the backseat.
► avatar. ezra miller.

Code:
[b][u]EZRA MILLER[/u][/b] # Rocky Ingram

tes tics, tes manies


Son rêve c'est de devenir DJ, de ceux qui fréquentent les plus grandes stars et boivent leurs mojitos dans des grandes piscines entourées de belles nanas et de mecs sympas, les gros chèques et les stylos d'or, puis les disques, les platines. Il aurait pu garder la piscine s'il avait accepté de reprendre la grande entreprise de papa et maman, mais ce qu'il est aime c'est la musique et c'est probablement ce qui finira par le tuer à forcer de rouler trop vite quand enjoy the silence s'invite dans son lecteur de cassettes audio qu'il veut changer pour rien au monde  :coeur2:  La clope et la fumette l'auront peut-être aussi, il déroge pas à la règle des artistes blasés, rocky il trouve pas l'inspiration sur commande, c'est la page blanche, c'est le vide quand il s'allonge, son plafond qui arrête pas de le fixer.  Généralement il a besoin de planer ou d'être dans le boucan total, sauf que rocky dans sa tête c'est le calme plat. Alors il se jette dans les soirées corps et âmes, il profite, il prétend bosser sur un gros projet et l'oublie quand il commence à danser, ça lui laisse toujours ce goût d'inachevé sur la langue qu'il chasse d'un shot de tequila jusqu'à ne plus pouvoir marcher, pleurer.  :coeur2: Rocky l'a pas toujours été un branleur, avant il était promis à quelque chose de grand qu'on disait, y en avait dans ses têtes quand il grillait pas encore ses neurones aux 666 degrès, on pardonnait quand il retrouvait les malabars volés dans la boutique en bas de la rue, les mémés braquées avec le flingue que papa cachait dans la boite à gant. Il faisait le con mais tant qu'il rentrait avec des beaux bulletins la pilule du fils héritier unique passait. Quand il a annoncé qu'il voulait faire dans le son les choses se sont accélérées et il a fugué sans que personne prenne la peine de le rattraper. Il est passé de connard prétentieux qui pensait que le monde lui appartenait à un mec chill qui est prêt à dealer pour se payer une nouvelle platine, mais incapable d'abandonner l'idée qu'un jour il va briller.  :coeur2: Ca empêche pas Rocky d'avoir gardé son comportement bagarreur et qu'il arrive encore à prendre de haut les gens, il a plus une thune, il a capté que l'argent fait pas le bonheur et il peine à blairer les types blindés. Parfois, il a une dent contre toute l'humanité qui l'empêche de bosser et contre lui qui a tout plaqué pour un truc qui ne va peut-être jamais fonctionner. C'est parce qu'il abandonne jamais rien et qu'il s'accroche comme un chien enragé qu'il tient encore la route malgré sa situation qui fait que casser la gueule un peu plus chaque jour que dieu fait  :coeur2:  Il a jamais cru en rien Rocky, pas forcément en lui même, quand il regarde les étoiles c'est pas à la recherche d'un type qui va lui apporter le salut tant espéré. Il aime le ciel tout simplement comme on aime le chocolat ou la pluie - et s'il existe, dieu sait qu'il aime la flotte. La voûte céleste c'est sa muse et sa première source d'inspiration, il grimpe sur le toit des immeubles pour aller photographier la voie lactée et les constellations avec son petit appareil photo, les écouteurs vissés dans les oreilles c'est là qu'il arrive à créer, qu'il imagine les sonorités venues d'ailleurs qu'il crache en soirée.  :coeur2:  Il sait pas s'il est un bon parolier Rocky, mais il aime bouquiner, du bon marché, les romans à la con où la seule chute c'est l'histoire d'amour à la fin. Les mots, ils préfèrent qu'ils soient franc et en jette, que ça envoie du paté plutot que tourner autour de la poésie, il crache sur roméo et juliette, il boude verlaine. Il est du genre à se trimbaler cet unique exemplaire dans son sac, tout corné, aux pages déchirées et blindées de post-it, qu'il relit dès qu'il a du temps libre, sans arriver à se lasser, comme sa petit merveille du monde.  :coeur2:  Dans son sac à dos eastpack noir et ses pins de cinéma et de vinyle - des petites raretés qu'il abîme, a fait rager les collectionneurs -  on retrouve son appareil photo, son portable, un vieux polo en laine fait main, moche mais qui lui va bien  et bien sur le bouquin balancé dans le noeud des fils de son casque. C'est bien ce qu'il a de plus précieux avec son matos pour taffer. Les seules choses  qui ont de l'importance pour lui qu'est pas matérialiste. Trop rêveur pour ça.  :coeur2: Le rituel du matin c'est un bon thé, le plus chaud possible pour se réveiller, pour oublier le froid de l'appart - économie de chauffage - et la verveine de mamie avant d'aller se coucher.  Même si Rocky il dort pas vraiment, qu'il bosse le soir au Austins et qu'il sert des boissons au lieu de s'enjailler, qu'il gratte des numéros, qu'il embrasse dans les toilettes en croisant les doigts pour pas se faire virer. Se la joue cowboy, prêt à dégainer pour garder sa place. Il est décalé. Vrillé. Défoncé. Fatigué.  :coeur2:  La première folie faite en arrivant en ville c'est de sa faire tatouer, un mouton sur le poignet, celui que le petit prince demande qu'on lui dessine. C'est un truc de gamin, un truc qui lui rappelle l'ancien temps, un peu de joie avec ses parents pour jamais oublier qu'il les aime. La seconde c'est arrêter de se couper les cheveux et c'est pas rare qu'on l'appelle le hippie dans le coin à cause de ses fringues qui arrangent pas son allure, tout droit sortie d'un cartoon ou d'une mauvaise comédie. :coeur2: Il a jamais mangé équilibré et encore moins vegan, Rocky est l'exemple même de l'enflure qui peux manger trois hamburgers sans prendre un gramme, sans avoir à pratiquer un sport intensif. Gosse on le pensait anorexique, il a jamais été très épais mais il cultive le peu de muscle qu'il a à offrir et se tient en bonne santé. Il aime ce qui est gras, réchauffé et sucré, amoureux des pâtisseries françaises, il en achète tous les matins en même temps que son thé. Son petit rituel qui lui permet d'écrire les paroles de ses prochaines hit, il s'assoit parfois à même le sol, regarde le balais des voitures et gratte sa feuille avec insistance pour donner l'illusion d'être un génie incompris quand trois pauvres peines peinent à s'aligner.   :coeur2: Son style musical est presque unique, il le dit, c'est comme ça, c'est sortit de ça tête, ça s'est imposé à ses doigts sans qu'il contrôle les notes et les battements de ses pieds, il mélange le blues mélancolique, d'émouvantes sonorités tragiques et l’électronique hyperactif, il veut proposer une vague de neo-western, c'est le pub où il bosse qui l'a inspiré, un paysage dans lequel il se fond volontiers et ravit jeunes comme vieux.  :coeur2:  Il chante avec une voix tordue, fendue, désagréable, il a le teint attaqué par la clope, trop rocailleux, qui dépote avec son air de gamin fraîchement sortit de l'école. Rocky, si c'est pas une tonne de muscle qui justifie son prénom, c'est la manière dont il gueule, la grossièrté entre ses lèvres qui lui est si familière, son accent rocailleux venir de loin.  :coeur2: L'art lui a toujours donné un second souffle, la musique, le cinéma, la peinture. Surtout le dessin, des traits anarchiques et colorés qui n'ont rien de professionnels mais qui expriment quelque chose, qui parlent mieux que ses propres mots. Il adore griffonner sur un carnet pour passer le temps, reproduire le visage des gens dans la rue sans leur demander leur avis, il a accroché sur son mur des tas de portraits, des visages qu'il aimerait rencontrer, a qui il aimerait parler dans sa grande solitude. Mais vers qui il osera jamais se tourner. Et souvent ses œuvres, finissent en boule dans un coin ou dans sa poubelle quand de rage il se dit qu'il aurait mieux fait d'abandonner et de suivre le destin qu'on lui a imposé.  :coeur2: Il a un animal de compagnie Rocky, ça étonne tout le monde, le peu de personnes qui viennent chez lui dans son appartement minable. C'est irresponsable, quand il sait que demain il peut être à la rue, il songe à la léguer à une voisine qui en prendra soin, mieux que lui. Il s'appelle Rocky, lui aussi, un canari qu'il a récupéré chez un ami à son décès et qu'il trimbale dans sa cage depuis un ou deux sans que le piaf ait décidé de quitter le monde cauchemardesque de son maître. Il est plus propre que son propriétaire et sans doute mieux nourri. Parfois il vole librement dans la pièce mais il s'est jamais enfui.  :coeur2: Il a jamais vraiment été tout seul Rocky, il a bien une soeur. Il sait pas ce qu'elle fait de sa vie, il sait pas ce qu'elle devient, si elle a reprit le flambeau de l'affaire familiale, si elle aussi elle a fait un doigt à ses parents et est partie. Il a plus contact avec eux, juste des coups de fils qu'il passe à sa grand mère, sa maman à qui il parle une fois dans l'an et qui à l'air de lui avoir pardonné. Sans doute qu'ils s'en fichent tous, toute la famille, qu'il soit ici. C'est ce qu'il y a de mieux à faire, faut pas s'inquiéter pour Rocky, il est trop individuel pour qu'il mérite l'attention qu'il rend que trop rarement. Il porte volontiers les courses de mamies et lave les slips, mais il partage rarement autre chose que de l'humanité. Juste effacé.

derrière l'écran.
► ton pseudo/prénom. emeline la licorne ► pv, scénario, inventé ? inventé. ► comment as-tu trouvé JoD ? bazzart. ► et t'en penses quoi ? y a des gens drôles j'aime ça. ► des trucs à ajouter/améliorer ?: un fan club de gens drôles.

Je suis timide mais je mords pas.  :pikachu:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godshand.forumactif.org
 
ROCKY INGRAM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
. :: 20% PERCENT COOLER :: 
PERSONNEL
 :: 
RED
 :: 
PERSONNAGES
-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: